CHVRCHES – The Bones Of What You Believe

churches-albumEn 2012, nous découvrions CHVRCHES via la sortie de deux singles très prometteurs, Lies et The Mother We Share. Le trio de Glasgow offrait au travers de ses deux titres un son électro synthpop porté par la voix adolescente de Lauren Mayberry et les compositions très années 80 de Iian Cook et Martin Doherty, aux influences qui penchent du côté de chez M83, Passion Pit voire Depeche Mode. Bénéficiant d’un buzz justifié et d’une notoriété quasi immédiate, le groupe était donc très attendu.

The Bones Of What You Believe est le premier album du groupe. Quatre des titres ont déjà bénéficié d’une sortie dans l’année qui a précédé l’album. On pourrait craindre le manque d’effet de surprises, pourtant on trouve de vraies surprises sur cet album, et le fait de retrouver des titres connus dans un contexte d’album leur donne une nouvelle saveur.

Difficile de mettre un titre de l’album de côté, face à tous ces tubes en puissance brillamment produits. Tether est certainement le titre le plus ambitieux et surprenant : riffs de guitare (on en retrouvera d’ailleurs quasiment plus) et tempo assez lent, avant de se laisser peu à peu totalement submerger par des synthés plus entrainants.

Sans prétention, CHVRCHES offre également beaucoup d’émotions. Derrière la froideur des sons électroniques s’impose la voix de Lauren Mayberry qui donne une humanité aux morceaux. Le choix de laisser l’initiative de deux morceaux à Martin Doherty donne également une dimension supplémentaire à l’album, et ces deux titres viennent se placer de façon très judicieuse dans la construction de l’album. La concordance et la résonance des voix féminines et masculines sont parfaitement maîtrisées tout au long de l’album, on notera le soin plus particulier apporté à Night Sky.

CHVRCHES s’impose aussi par l’écriture, pas si facile dans le créneau de la synthpop. Avec mélancolie, le groupe retrace les affres des relations amoureuses et les ruptures. Sur Recover, Lauren Mayberry évoque son désespoir vain à sauver une relation ayant déjà échoué « And you take what you need/ And you don’t need me ».

Venant rompre avec la lignée des groupes folk et rock de Glasgow, CHVRCHES offre une pop sans prétention, facile d’accès et quasi immédiate à apprécier. Ce premier essai est une belle confirmation du talent du groupe et est très prometteur quant à son avenir. Le groupe réussit en effet à transposer son univers sur un format long, là où beaucoup de groupes ne parviennent pas à captiver au delà de deux ou trois bons morceaux. The Bones Of What You Believe est une des très bonnes surprises de 2013, CHVRCHES vaut définitivement bien plus que la hype qui l’entoure.

CHVRCHES – The Bones Of What You Believe : 4/5

par Yoann le