Je n’avais qu’un seul mot à lui dire (BO de Anna)

En 1967, 5 ans avant Histoire de Melody Nelson, Gainsbourg composait la bande originale de la comédie musicale Anna réalisée par Pierre Koralnik pour la télévision. L’histoire : un homme tombe éperdument amoureux d’une fille, ou plutôt de son image volée lors d’une séance de photo, et décide de la retrouver à tout prix. Un film OVNI, entre nouvelle vague et pop art, « aux couleurs vives et avec chansons acidulées, scellant la rencontre tripartite entre Anna Karina, Jean-Claude Brialy et Serge Gainsbourg à la fois acteur, chanteur, compositeur et parolier » (jaquette du DVD). Si le film est avant tout porté par la beauté d’Anna Karina et le charme d’un film décomplexé qui peut rappeler à certains moments Phantom of Paradise de Brian De Palma, l’accompagnement musical de Gainsbourg ressemble à un trésor découvert un peu par hasard qu’on veut garder secrètement pour soi.

Fortement influencé par la culture pop anglaise de l’époque, Gainsbourg réussit ici un travail d’orfèvre proche de l’excellence qu’atteignent ses arrangements quelques années plus tard avec Melody Nelson.

Un extrait que je ne peux m’empêcher de partager avec vous, voici la chanson Je n’avais qu’un seul mot à lui dire. Une composition instrumentale d’une beauté inqualifiable ou la musique est ici capable de raconter beaucoup plus de chose que pourraient le faire la parole.

par Yoann le