Granville – « Les Voiles »

Oui, nous nous préparions à écouter un sacré premier album de la part des quatre normands de Granville. Oui, nous voulions du déhanchement, de la malice, du frais, beaucoup de frais. C’est le moins que nous pouvions espérer après avoir écouté les Le Slow ou Jersey, premiers extraits exaltants. Et il faut bien l’avouer : avec Les Voiles, Granville nous donne tout ça, et bien plus encore. Une vraie bouffée d’air ensoleillée, façon concentré de bonheur.

Granville, c’est la plage, l’Atlantique direction l’Amérique. Derrière le projet des caennais, « l’envie de créer un groupe d’influence pop française des années 60, qui rassemblait aussi nos influences américaines plus garage, plus surf ». Nancy Sinatra, chanson qui ouvre le disque, donne le ton sans rougir. Derrière l’icône américaine dans le texte, se cache une voix, celle de Melissa, qui éblouit dès les premières secondes. Fragile, adolescente, parfois mutine et provocatrice, Melissa fanstasme l’adolescence des sixties, ses « polaroids sur les murs », ses slows, ses flirts.

Granville en impose. 12 titres qui n’ont rien à envier à Beach House, Blood Orange ou Tennis. Car oui, si les références du groupe se trouvent principalement dans le passé, Granville est avant tout un groupe bien de maintenant. Et qui nous apporte en ce début d’année une des plus belles joies musicales « made in France ». Un avenir radieux à prévoir…

par Yoann le