10songs by… Rover [épisode #31]

rover

Chronique : Rover – Rover EP

Je m’étais carrément emballé lors de ma première écoute de la chanson qui ouvre l’EP de Rover, Aqualast. C’était en juillet dernier : « Durant 4 minutes de cette chanson à la beauté déjà éternelle, tout est limpide et maitrisé par un chanteur égratigné qu’on imagine déjà avec un charisme fou. La preuve en une chanson que la scène pop/folk française est certainement bien loin du niveau qu’on veut bien lui donner ». Nous sommes maintenant en décembre, et je n’ai toujours pas changé d’avis. Un concert privé au Silencio plus tard et quelques minutes offerts par le festival des inrocks entre deux scènes, m’ont conforté dans mon idée. Le potentiel de Rover est incontestable, et l’univers riche du chanteur est capable de transporter hors du temps n’importe laquelle des oreilles qui y portera attention.

Un premier reflexe. Celui de comparer. A Jeff Buckley tout d’abord. Un peu à Interpol aussi. Mais on se ressaisit aussi tôt. Rover fait du Rover. Et son EP 4 titres montre déjà le chemin. Entre larmoyante intensité (Aqualast) et douceur minimaliste (Joy) se trouve Tonight que Paul Banks et compères n’auraient pas renié une seconde. Tout comme Muse d’ailleurs. Sans oublier le brut Birds, où guitares crasseuses et voix de crooner se tirent la bourre. Un artiste complet pour lequel on attend maintenant avec la plus grande des impatiences un album.

par Yoann le